NON au lac, OUI au parc !

Baillargues le 03 février 2014


Les culicidés s’invitent dans la campagne

 

Le projet du lac, cher au maire sortant,  fait couler

beaucoup d'encre en cette période électorale.

Un de nos lecteurs nous a transmis ses observations.

Nous les publions intégralement, avec le plus grand plaisir.


Commentaire de M. David C.

Message de formulaire du 29/01/2014 - 12:14:01

Nom et prénom: c……. d…..

E-mail: d………l03@aol.com

 

" bonjour,
Concernant votre article sur la relation lac et moustiques.
Je ne suis pas là sur votre site pour polémiquer POUR ou CONTRE le projet, mais pour info.Pour "construire" un élevage de moustiques il faut effectivement de l'eau pour la ponte et l'éclosion. Les moustiques peuvent même pondre à même la surface de la terre en attendant la prochaine pluie qui provoquera une flaque. Donc il n'est pas nécessaire de construire un lac pour créer un élevage de moustique;
Après l'éclosion, les larves s'accrochent à la surface de l'eau pour respirer et se nourrissent en filtrant de petites particules et plongent pour prélever de la nourriture ou échapper aux prédateurs. Pour que la larve puisse survivre, la distance entre la surface et le fond ne doit pas dépasser 40cm. Au delà de cette profondeur, la larve ne peut plus se nourrir et meurt. Donc non le lac ne servira pas d'élevage intensif de moustiques. De plus, l'écosystème du lac (poissons, larve de libellules, tritons etc se régaleront du moindre moustique qui osera déposer ses œufs.
Merci, Cordialement, David

 

Réponse de notre spécialiste en hydrologie Jacques Claude

1 – Certes les moustiques peuvent se reproduire dès qu’ils trouvent un brin d’humidité et c’est pour cela que des campagnes sont lancées pour inviter les habitants à ne pas laisser trainer des récipients où l’eau peut croupir tels que vieux pneus, vieux seaux et brouettes abandonnées, coupelles sous les pots de fleurs, etc ...  Ce qui pose problème n’est pas un point d’eau isolé mais la multiplication de ces points et l’étendue des zones humides favorables à la reproduction. Or on constate une concentration de moustiques bien plus grande sur les bords de l’Etang de l’Or par exemple que dans les jardins des villages alentour, jardins qui sont pourtant arrosés copieusement pendant tout l’été.

2 – S’il suffisait de se reposer sur la faune aquatique (poissons, tritons, libellules, etc.) pour se débarrasser des moustiques, on se demande bien pourquoi les pouvoirs publics ont investi et investissent encore des millions pour traiter (par insecticides puissants mais contrôlés) les zones infestées et touristiques de la petite Camargue depuis maintenant cinquante ans, avec un organisme spécifique dédié à cette lutte qui est l’EID, (Entente Inter-départementale de Démoustication) ".

 

 

 

  

                            Baillargues - 24 janvier 2014

 

                               

Le maire et son équipe municipale donneront le

premier coup de pelle du Parc G. Bruyère le :

JEUDI 30 JANVIER 2014 à 11 h 00.

Un premier coup de pelle…

et nos impôts jetés à l'eau.

Jean-Luc Meissonnier va donner le 30 janvier à 11 h 00 le "premier coup de pelle" de son plan d'eau. En fait, les pelleteuses sont déjà à l'œuvre et ne l'ont pas attendu.

Il va le donner en grande pompe, devant les quelques instances qui soutiennent son projet, et devant ses inconditionnels priés d'approuver inconditionnellement l'originalité du projet, et qui seront invités ensuite en remerciement à l'habituel somptueux buffet.

Non simplement, il poursuit son idée, comme un taureau qui fonce. Pour l'instant, ces coups de pelle ne concernent que des travaux hydrauliques sous la RN 113.

Jean-Luc Meissonnier sait très bien qu'à la fin mars il y aura sûrement de la remise en cause dans l'air.

Heureusement, rien n'est irréversible, et le futur Conseil Municipal prendra les décisions nécessaires, celles qui tiennent compte de la volonté et de l'intérêt des Baillarguois.

Si nous laissons J.-L. Meissonnier aller jusqu'au bout de son rêve, ça nous coûtera cher.

Jean-Luc Meissonnier et son équipe ont décidé une nouvelle fois de tromper les Baillarguois.

 

Ne laissons pas nos impôts se noyer dans le lac.

 

A. D. B. vous invite à vous rendre nombreux sur le

site de cette grandiose parodie électorale pour dire

 

N O N :

 

- A l’exploitation d’une carrière et à deux ans de nuisances,

- A l’explosion des impôts locaux lors de la prochaine décennie,

- Au gaspillage des ressources en eau et à l’exploitation des coûts d’entretien et de surveillance de ce faramineux projet,

- A la réalisation de 3000 logements dans les années à venir.

 

 

 

Baillargues - 13 janvier 2014

 

Un nouvelle entreprise vient de s'ouvrir à Baillargues.

Son créateur souhaite conserver l'anonymat.

A. D. B. lui souhaite une pleine réussite.

Dernière minute 14/01 :

Comme les panneaux déposés ces jours derniers sur une parcelle privée, le moustique a vécu.

 

Baillargues - 30 décembre 2013

La polémique concernant la réalisation du futur lac enfle chaque jour davantage.

Un panneau revendicatif avait été installé, par une association locale, le dimanche 15 décembre.

Il fut retiré par des travailleurs nocturnes le jeudi 19.

Il a été remplacé le samedi 28 décembre, jusqu’à quand ?


29 décembre - Dernière minute :

Le deuxième panneau a lui aussi disparu !

Baillargues - 27 décembre 2013

 

LE MAIRE, SON LAC ET NOS FINANCES…

 

Il fait fi de notre endettement :

Notre maire ne lésine pas pour assurer la promotion de son lac pharaonique : trois panneaux publicitaires dont on peut évaluer le coût à 5 ou 6.000€. Ils sont payés par les contribuables qui sont à jour de leurs impôts locaux et vous savez que ce n’est pas le cas de tous les résidents baillarguois : notre association vous a régulièrement informés (preuves à l’appui) de cette situation inique. 

La présence scandaleuse de ces panneaux est, nous semble-t-il, aggravée par le fait que dans trois mois auront lieu les élections municipales. Sur les trois listes en présence – pour le moment - il y en a deux qui ont clairement indiqué leur opposition à cette dépense somptuaire, inutile et surtout dangereuse pour nos finances déjà très mal en point.

 

Il fait fi de la tradition démocratique :

La tradition démocratique veut, que dans les mois qui précèdent une élection, la majorité en place n’hypothèque pas l’avenir et attende les résultats de cette consultation électorale pour relancer ce genre de projet onéreux.

Manifestement, notre maire (dont les pratiques personnelles ne témoignent pas d’une grande rigueur) ignore totalement les traditions démocratiques.

 

Quelles belles leçons après treize (13) ans

de mandat municipal….

Le bureau de ADB.

Baillargues - 26 décembre 2013

 

LES AVIS DE NOS EXPERTS, SPECIALISTES DE L’EAU

 

Un réservoir de rétention des crues transformé en plan d'eau d'agrément est une aberration environnementale. Ce parc récréatif dédié aux sports nautiques où la baignade sera interdite, enchâssé entre la voie ferrée, l'autoroute et la RN113 surchargée sera d'un charme fou ! Économiquement c'est une charge récurrente non encore évaluée qui pèsera sur le budget municipal et donc à la charge de ceux qui paient des impôts locaux.

CLAUDE Jacques

Baillargues 26 décembre 2013

 

L’aspect financier de ce lac reste par contre toujours très flou, de même que la consistance de certains travaux.

On annonce que le lac coûtera 10,5 millions €, à la louche, dont 3,5 M€ pour le creusement du réservoir dont le volume n’est pas connu (entre 250 000 et 350 000 m3 ?).

L’aménagement du pourtour du lac en lieu de récréation et la construction du circuit de wakeboard donc dans les 7 M€ !  Je me pose quelques questions :

- A t’on une idée de l’ampleur de ces travaux qui permettrait d’en évaluer le cout ?

- a t’on des indications sur le cout des installations de wakeboard similaires soit fixes comme à l’étang du Ponant la Grande Motte, soit temporaires comme au FISE sur le Lez ?

- quelle part de ces 10 M€ sera couverte par les subventions de l’Agglo et de la Région, annoncées mais pas encore acquises semble t’il ?

- quel sera le montant de l’emprunt que la Commune devra souscrire pour financer ce qui lui reste à charge, à quel taux, sur quelle période ?

- etc.  tant que les documents techniques de cette réalisation ne seront pas accessibles ces questions resteront posées et se multiplieront.

 

Même chose pour les coût récurrents: a t’on une idée précise du cout d’entretien annuel et pluriannuel (vidange du lac tous les 10 ans ?) de l’ensemble du parc Gérard Bruyère ?

- à quel prix la compagnie BRL vendra t’elle les quelques 40 000 m3 d’eau nécessaires chaque année pour maintenir le niveau du lac ?

- cet entretien fera t’il l’objet d’un marché public ou sera t’il effectué en régie municipale, dans ce cas combien d’employés municipaux supplémentaires affectés à cette installation

- idem pour l’exploitation du parc multiglisse; confié à une entreprise concessionnaire ou géré par la commune ?

- a t’on consulté le compte d’exploitation de l’installation de l’étang du Ponant ?

A mon avis on atteindra vite les 300 à 400 000 € par an.

Jacques Claude 

Baillargues - 26 décembre 2013

Retraité et domicilié chez mon père depuis le 01 Janvier 2012, j'ai appris à mon arrivée qu'un bassin de rétention devait être créé le long de la RN 113 en cas d'inondations; pour ma part, il n'y avait aucune objection. Je dois vous avouer que ce n'est pas le volume de ce futur "bassin de rétention" qui va stopper la moindre inondation. La plupart des terrains de cette région sont inondables. Ce qui m'a révolté : ce bassin de rétention se transforme en un LAC. Les élus responsables de ce projet prennent leurs administrés réellement pour des débiles.

Rendez-vous compte :

UN LAC DEJA PLEIN D'EAU QUI VA "EMPRISONNER

TOUTES LES EAUX DE RUISSELLEMENT DES ORAGES" !!!! JE VEUX LE VOIR !!!!

 Maintenant, je deviens plus sérieux. Ce projet de "LAC" absurde va engendrer :
1 - RISQUES SANITAIRES :

- Œufs d'helminthes du taureau et du cheval (Pays de manades) - Prolifération des moustiques, dont le fameux « TIGRE ». Celui est vecteur de 2 maladies virales redoutables : LE CHIKUMGUNYA ou LA DINGUE.

L'habitant piqué ne pourra pas choisir !!!!

- LA LEPTOSPIROSE : Maladie transmissible de l'animal à l'homme; les rongeurs, surtout les rats, en sont principalement responsables.

2 - GENE OLFACTIVE SURTOUT L'ETE : La vase produite va fermenter. Je souhaite bien du plaisir aux habitants vivants aux alentours de ce « LAC » !!!

3 - COÛT FINANCIER : TOUJOURS POUR LE CONTRIBUABLE !!!!!
- L'apport d'eau : BRL ou (et) STEP*
- Sécurisation des berges et des accès
- Service de surveillance
- Clôtures et fermetures pour empêcher les exactions la nuit
- Entretien non seulement de la végétation, mais surtout du "TELESKI NAUTIQUE".

CE MATERIEL A BAILLARGUES NE SERT ABSOLUMENT A RIEN : LA "GRANDE BLEUE" A VOL D’OISEAUX DE BAILLARGUES EST FAITE POUR CELA ET IL Y A DE LA SURFACE !!!!

Je me fais une joie de vous envoyer ce courriel pour la raison suivante :

- Au cours du premier semestre 2012, j'ai fait un courrier au maire, qui reste ce jour, toujours sans réponse. Je regrette ne l'avoir pas envoyé en recommandé avec AR, pour lui exposer les aberrations de ce projet.

C'EST UN MANQUE DE RESPECT DE SES ADMINISTRES !!!

- J'invite tous les élus, qui ont voté pour CE TROU, à me communiquer leur adresse : le jour venu, je leur enverrai mon "RIB ou IBAN" afin qu'ils se partagent le surplus de mes "TAXES FONCIERES"(Idée à lancer pour les opposants à ce projet).

- AVEC LA CONJOCTURE ACTUELLE, MA RETRAITE NE M'EST PAS VERSEE POUR FINANCER DES IDEES FARFELUES D'ELUS IRRESPONSABLES.
- POUR LE LOTISSEMENT A VENIR, ma préoccupation majeure est de savoir si la STEP DE St BRES - BAILLARGUES aura la capacité de traiter le surplus d'eaux usées sans qu'il y ait le moindre dysfonctionnement :

EN PARTICULIER LA QUALITE DE L'EAU TRAITEE REJETEE DANS LE MILIEU NATUREL.
Patrick BELE.

* Abréviation de station d'épuration

Baillargues - 19 décembre 2013

 

« Convention de partenariat entre la

Mairie de Baillargues et VINCI-CT »

 

Trois séries de questions sont posées par ce projet de convention de partenariat :

1.     Questions juridiques 

Ce n’est pas ma spécialité et je n’ai donc rien à ajouter aux avis déjà émis. Il me semble cependant qu’une telle opération devrait faire l’objet d’une mise en concurrence pour s’assurer que la Commune ne se fait pas plumer. Mais un tribunal administratif peut avoir une autre interprétation… 

 

2.     Questions techniques et pratiques

Elles sont nombreuses et faute de disposer de documents sérieux sur la consistance du projet « Parc Gérard Bruyère », force nous est de nous baser sur des hypothèses :

-        L’emprise du projet est de 14,5 ha environ sur lesquels 6,5 ha doivent être creusés pour constituer le lac-bassin de rétention des crues. Il y a une grande imprécision sur les volumes de terre à extraire ; il semble en effet que la cote maximale du plan d’eau avant déversement, soit 23,10 m NGF, correspond à peu près à l’altitude du terrain naturel avant travaux et que pour atteindre la cote « d’exploitation du lac » à 20,90 m NGF il faudra déjà creuser à 2,20 m sous le niveau actuel et sur une surface de 7 ha. Ceci représente déjà 154000 m3 dont la moitié environ restera sur place (terre arable en réserve pour l’aménagement paysager).Les surfaces respectives des aires réservées au wakeboard et à la pêche n’étant pas indiquées on ne peut qu’estimer une fourchette : le creusement nécessaire à - 6,20 m pour la pêche et à  -4,70 m pour le wakeboard (sur 6,5 ha) représentera entre  180000 et 250000 m3 supplémentaires. Au total, la Commune de Baillargues pourrait vendre entre 257000 et 327000 m3 à 3,50 €/m3 soit entre 899500 € et  1144000 €. On recoupe à peu près les chiffres cités dans la convention, entre 250000 et 300000 m3 et une redevance de 1 M€.

-        Le traitement et l’évacuation des terres excavées nécessiteront l’implantation sur place d’un chantier de carrière soumis à une autorisation ICPE. L’obtention de cette autorisation est une condition suspensive de l’exécution de la convention et les obstacles seront nombreux, en particulier modification du PLU et…. escamotage des nombreuses nuisances d’une telle installation. Tout dépendra de la Préfecture et des pressions que la construction du doublement de l’A9 pourra faire peser, mais ce ne serait pas la première fois que la puissance publique s’assiérait sur ses propres règlements. Ne soyons pas trop pessimistes, c’est le point le plus faible de cette convention.

-        La durée du chantier est prévue pour 24 mois à partir de mai 2014 (début des travaux de l’A9 partie Est) mais c’est l’entreprise(VINCI)  qui sera seule juge du rythme et de la cadence des enlèvements. Ceci est en contradiction avec l’arrêté de déclaration d’intérêt général (DIG du 02/10/2012), en particulier article 4-4.2 : «  les travaux se déroulent en période estivale lorsque les probabilités d’occurrence des crues sont minimales… » et « la période de terrassement et de mise à nu des surfaces du projet est réduite au maximum ». Là aussi, qui se chargera de faire respecter la réglementation contraignante pesant sur ce type de chantier ainsi que les obligations mentionnées dans la DIG ?

-        Le transport des déblais posera également de sérieux problèmes : 300000 m3 représentent 20000 camions de 15 m3, répartis sur un maximum de 200 jours d’activités en deux ans, c’est 100 camions par jour qui débouleront sur le rond point Philippe Lamour, s’ajoutant à ceux des travaux du pôle multimodal et probablement aussi à ceux de la LGV.

 

3.     Questions économiques

Là c’est un peu une partie de poker menteur, chacun promettant à l’autre ce qu’il n’est pas certain d’avoir. Cependant, il est sûr que VINCI a fait le calcul du prix de revient du m3 de remblai mis en place sur le chantier de l’A9 et il est certain également que VINCI y trouve son compte, sinon il n’aurait pas proposé cette convention. Mais je ne pense pas que la plus value pour VINCI atteigne les 10 €/m3 car le coût estimatif de 16,36 €/m3 ne tient pas compte des coûts de mise en place du remblai (compactage et arrosage par couches de 25cm, etc.) qui doivent se situer autour de 4 à 5 €/m3. Il serait utile de savoir quels autres sites d’extraction de remblais sont prévus pour l’ensemble du chantier de l’A9 et à quelles conditions et à quels prix ces extractions seront effectuées.

Du côté de la Commune de Baillargues, je n’ai pas les éléments pour calculer ce qu’elle peut perdre ou gagner. Pour un début de comparaison on peut estimer que la formule la plus appropriée serait une délégation de service public (DSP) où l’entreprise adjudicataire devrait justifier d’un coût du m3 brut extrait, du coût du criblage et concassage soit en carrière sur place (on retombe sur l’obligation d’obtenir une autorisation ICPE) soit dans une carrière existante appartenant à l’adjudicataire (prévoir alors des coûts de transports supplémentaires) et enfin du coût du transport sur le chantier de l’A9. Pour être plus avantageux que la convention VINCI, le prix du m3 de remblai livré sur l’A9 devrait alors dégager un bénéfice d’environ 7€/m3 qui serait partagé à 50-50 entre l’adjudicataire et la Commune de Baillargues.

Jacques CLAUDE - 19/12/2013

 

 

QUI A PIQUE CESAR ?

Quelle idée a piqué César ! Tant qu’à faire autant faire un port à Baillargues avec un chenal jusqu’à la mer.

Il me semble que le maire fait ce qu’il veut et non ce que veulent les Baillarguois !

A virer pour mars 2014.

M. F.

                                                                    

                                                                     LAC OU PARC ?

Projet couteux inadapté aux besoins des habitants, je souhaiterai un parc profitable à tous où enfants et parents pourraient se rencontrer.
N. B.
 

 

MOUSTIQUES ET URBANISATION A OUTRANCE

Je ne suis pas pour l'aménagement du lac. Un parc pour stopper la fièvre immobilière de la ville pourquoi pas; mais un lac... quel intérêt. Riverains proches comme moi, c'est soit les moustiques soit les traitements....

D. B.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour revenir en haut de page, cliquez sur la flêche se trouvant dans la colonne de gauche

 

Compteur Global
BIENVENUE SUR LE
SITE DE L'A. D. B.


Dernières informations locales



Baillarguoises, Baillarguois,
En France, le vote n'est pas obligatoire, mais voter est un droit, un devoir civique, mais aussi un acte citoyen et républicain.
Vous venez de vous installer dans notre village, n'oubliez pas de vous faire inscrire, avant la fin de l'année.


OFFICIEL :
Le gouvernement a communiqué les dates des élections municipales :
23 et 30 mars 2014.


L'équipe première du BSBV
a été tenue en échec
par La Peyrade
(2 à 2)


Le bureau de l'ADB souhaite la bienvenue aux nouveaux adhérents qui nous ont rejoint cet été

 

 Toutes les parutions de

A. D. B.

du mois de septembre 2014

 

 
Création d'une nouvelle page : La "Culture en danger"

            

    Mars 2016

31 - Le " lac " prend t-il l'eau ?

http://www.adb34.fr/

-------------------------

NOVEMBRE 2015

06 - Des lendemains funestes

http://www.adb34.fr/

                                 -----------------------

                                      OCTOBRE

02 - Le téléphone phobique

http://www.adb34.fr/humeur/

                                -----------------------

                                      SEPTEMBRE

22 - Les frasques du maire,

         par une lectrice

          http://www.adb34.fr/humeur/

                                ------------------------

  20 - Communiqué de la M. J. C. à ses adhérents

http://www.adb34.fr/la-culture-en-danger/

                                 ------------------------

19 - Billet d'humeur du bureau

                         http://www.adb34.fr/humeur/

                                ------------------------

      13 août - Lettre ouverte

aux responsables d'associations.

http://www.adb34.fr/humeur/

                                -------------------------

15 août - Un magnifique texte du Pasteur Niemöeller, à méditer

http://www.adb34.fr/humeur/

------------------------

15 août - Fermeture de la

M. J. C.

http://www.adb34.fr/la-culture-en-danger/

 

 

OCTOBRE


01 - Midi Libre

Deux femmes sauvées des eaux

http://www.midilibre.fr/2014/10/02/sauvees-des-eaux,1059697.php

 

SEPTEMBRE


23 - La Gazette

Le maire, l'eau froide et le journaliste

http://www.adb34.fr/

 

AOUT

 

11 - Assemblée à la M. J. C.

Dissolution de l'association

http://www.adb34.fr/la-culture-en-danger/
 ---------------------------------

 

 JUILLET

 

24 - Coup de blues à la M. J. C.

 ---------------------------------

http://www.adb34.fr/la-culture-en-danger/

 03 - Midi Libre

Enseignants et élèves devant des portes closes.

 http://www.midilibre.fr/2014/06/27/baillargues-enseignants-et-eleves-se-sont-retrouves-devant-des-portes-closes,1016139.php

 ---------------------------------

 

BIENVENUE SUR LE
SITE DE L'A D B





Baillarguoises, Baillarguois,


Si vous êtes attachés au respect de la liberté, de la fraternité, de la loyauté
et de l'honnêteté

ADHEREZ NOMBREUX
A L'ASSOCIATION


"ACTION ET DEMOCRATIE
A BAILLARGUES"

Vos avis, vos commentaires, vos idées seront toujours
les bienvenus !

CONTACTEZ NOUS

Bonne lecture
sur notre site

Baillarguoises, Baillarguois,

Si vous êtes attachés au respect de la liberté, de la fraternité, de la loyauté et de l'honnêteté

ADHEREZ NOMBREUX A L'ASSOCIATION "ACTION ET DEMOCRATIE A BAILLARGUES"

Vos avis,
vos commentaires,
vos idées
seront toujours
les bienvenus !

CONTACTEZ NOUS

Bonne lecture sur notre site


Vos avis, vos commentaires

et vos idées seront

toujours les bienvenus !

 

Pour nous contacter :

Utilisez le formulaire du site

(Voir page : "Contact)

ou

actiondemocratie@laposte.net

 

Votre identité ne

sera publiée

qu'avec votre accord.