Baillargues 20 août 2014

 

Communiqué de la M. J. C.

à ses adhérents

 

 

Suite à l’article paru dans le magazine municipal de Baillargues, à la rubrique « tribune politique groupe majoritaire » concernant la MJC, les administrateurs, salariés et bénévoles sont stupéfaits et déçus de lire des propos aussi approximatifs qu’inexacts.

Tout d’abord, la MJC est une association apolitique et neutre, de part ses statuts et son cadre juridique (loi 1901). La MJC a 11 salariés, dont 4 habitent à Baillargues. Elle génère une activité sociale, économique et culturelle. Son existence est menacée, pour des raisons obscures. La disparition de cette association présente depuis 30 ans sur le territoire et la destruction d’emplois qui en découle serait dramatique pour la vie économique et culturelle de Baillargues.

La MJC adhère à la fédération régionale des MJC, comme la plupart des MJC de la région. Appartenir à une fédération est une force et un atout pour le développement d’une association comme la notre Cette adhésion a un coût, comme toute adhésion. Il a été versé pour l’exercice 2013 la somme de 2064 € à la FRMJC sur un budget total de 239 292 € (soit 0.86%).. Le prélèvement est fait sur les adhésions et non pas sur la subvention de la municipalité (donc les fonds publics des Baillarguois ne sont pas reversés à la Fédération, mais bien à la mise en œuvre d'un projet d'intérêt général pour les Baillarguois).

L’article précise que « la MJC ne souhaite plus travailler avec la mairie »… Depuis plusieurs mois, nous sommes évités par l’ensemble des services de la mairie.

Le Président et la directrice ont demandé, l’un et l’autre, à plusieurs reprises, un rendez vous avec le maire, que nous n’avons pas eu. La responsable du service communication a accepté de nous recevoir le 25 juin dernier, mais n’a pas été en mesure de répondre à nos interrogations. La mairie  ne nous a pas sollicités, comme les années précédentes, pour faire nos demandes de créneaux horaires pour l’attribution des salles à la rentrée. La directrice n’a pas été conviée à la réunion préparatoire à la fête des associations. Enfin, tous les animateurs conventionnés avec la MJC (ceux qui ne sont pas salariés donc) ont été contacté en direct par la mairie afin qu’ils fassent leurs demandes de créneaux horaires à la mairie et qu’ils ne travaillent plus avec la MJC. Certes les conventions de prestation d’animations sont conclues pour des saisons entre septembre et juin et sont renouvelables chaque année. Ces conventions prévoient que la MJC assure le travail d’inscription, de gestion des listes, d’assurance des adhérents, de gestion des certificats médicaux, des badges, des autorisations de droit à l’image, de communication sur les activités, etc…. La MJC propose dans le cadre des conventions de prestation de service de retenir 25% du montant des adhésions pour compenser les frais de fonctionnement, de gestion, d’assurance, de communication, etc… Cette décision a été votée en réunion de conseil d’administration il y a plusieurs années, validée par tous les membres, y compris les représentants de la mairie qui participaient à nos réunions de CA.

Nous avons été informés par les animateurs eux-mêmes de cette démarche municipale, avant de recevoir un courrier évasif des services techniques le 05 juin nous informant que la mairie « demande désormais à chacune des associations intervenant par votre intermédiaire de formuler directement leurs demandes d’attribution de salles auprès des services municipaux ».

Il nous a été reproché également de demander des salles que nous n’utilisions pas. Cette affirmation est fausse elle aussi. Nous demandons des salles pour des activités que nous démarrons la 2e quinzaine de septembre. Début octobre, nous faisons un point sur chaque activité et nous annulons celles où le nombre d’adhérents est nul ou insuffisant pour maintenir l’activité. Dans ce cas là, la responsable des services en est informée afin que la salle demandée puisse être attribuée éventuellement à d’autres associations.

Nous avons ensuite constaté que nous n’avions aucune subvention municipale cette année. Tous les ans, la municipalité nous attribuait une subvention de fonctionnement de 20 000 €. Cette année, seule la mise à disposition de personnel a été maintenue (c'est-à-dire que la mairie nous attribue une subvention pour rembourser le salaire de l’agent municipal mis à disposition de la MJC). Nous avons donc eu 18 700 € de subvention de mise à disposition (opération qui s’annule car cet argent entre et ressort aussitôt pour payer la facture de remboursement de salaire)  et 0 € en subvention de fonctionnement. Là encore, aucune explication ne nous a été fournie.

Concernant notre gestion financière, qualifiée d’ « opaque », elle est irréprochable et nous sommes transparents sur nos finances. Notre comptabilité est effectuée par un cabinet comptable externe, nos comptes sont vérifiés tous les ans par un commissaire aux comptes indépendant. Chaque centime reçu ou dépensé est justifié. Nous donnons lecture de nos comptes lors de l’Assemblée Générale annuelle et nos comptes sont également publiés en préfecture. De même, la CAF de l’Hérault vérifie et contrôle nos comptes également. Enfin, nous avons eu un contrôle URSAFF en janvier 2013 qui s’est bien déroulé et à confirmer la tenue saine de notre comptabilité. Tous les documents concernant nos activités et nos comptes sont accessibles sur simple demande, et ont été remis à monsieur le Maire par courrier le 27 juin dernier.

Pour conclure, quand l’article mentionne « le courage politique », nous sommes atterrés. Le courage politique et humain aurait été de communiquer avec l’association. Aucun représentant de la mairie n’est venu aux réunions de conseil d’administration depuis janvier 2014, ni même à l’Assemblée Générale. Le courage politique aurait été de nous recevoir pour nous dire les choses de vive voix, pour nous dire que la MJC n’était plus la bienvenue dans le paysage baillarguois. Le courage politique aurait été que nous apprenions par le maire ou son équipe que nous devions quitter les lieux, et pas l’apprendre par les adhérents et les animateurs.

 

Enfin, nous apprenons par des adhérents, que lors du conseil municipal du 03 juillet dernier, les élus ont voté le refus de nos demandes d’accès aux salles municipales pour les activités prévues en septembre. Concrètement, sans salles d’activités, notre raison d’être est remise en cause. Nous sommes dans l’attente d’un courrier officiel nous confirmant cette décision afin de pouvoir réagir vis-à-vis de nos salariés et des adhérents. Malheureusement, ce que nous pouvons déjà vous annoncer c’est que nous ne pourrons pas proposer d’activités à la rentrée.

Nous reviendrons vers vous dès que nous saurons précisément ce que nous allons mettre en œuvre dans les semaines à venir.

 

 Le président et l'équipe de la M. J. C.

 

 


 

 

Midi Libre – 11 août 2014

 

Assemblée générale de la M. J. C. :

Dissolution de l’association à l’ordre du jour

 

Pour consulter cet article, cliquez sur ce lien :

http://www.midilibre.fr/2014/08/11/la-dissolution-programmee-de-la-mjc-de-baillargues,1036328.php

Midi LIbre - 24 juillet 2014

 

La M. J. C. : Coup de blues à la M. J. C.

 

Pour consulter cet article, cliquez sur ce lien :

 

http://www.midilibre.fr/2014/07/29/coup-de-blues-pour-la-mjc-les-activites-du-centre-social-sont-vouees-a-disparaitre,1031496.php

Baillargues - 15 août 2014

 

Après l'école de musique, la MJC

 

Le maire nouvellement réélu n'aime décidément pas la culture. L'entreprise de démolition systématique de tout ce qui touche de près ou de loin à la culture continue. Cela avait été mis en place avec beaucoup d'énergie lors des mandats de ses prédécesseurs. Mais la haine qui anime Jean-luc Meissonnier ne connaît que peu de limites.

 

Nous ne sommes plus au temps de Goebbels ("quand j'entends parler de culture, je sors mon revolver") mais l'esprit reste le même. Celui qui se vantait lorsqu'il venait d'être élu pour la première fois de n'avoir jamais lu un livre (vous trouverez l'interview dans lequel il l'affirme sur internet) démontre non seulement son incompréhension, mais aussi sa volonté d'anéantissement de tout ce qui ne vient pas de lui.

 

La MJC donc, qui compte près de 500 adhérents, qui en comptait plus de 1000 quand Meissonnier est arrivé à la mairie, est condamnée après un conseil municipal qui tient à la fois de la mascarade et du procès stalinien. Sans qu'à aucun moment, une quelconque explication de ses dirigeants n'ait été autorisée publiquement.

 

Au mois d'août, en plein été, juste après la fête (les subventions pour le taureau, elles, ne sont jamais remises en cause), la MJC mourra par la volonté de Meissonnier. Ici comme ailleurs, tant pis pour les salariés. Tant pis pour les Baillarguois qui participaient aux activités. La MJC n'est pas à la botte de Meissonnier? Qu'elle meure!

 

Et après, ce sera le tour de quelle association?

 

Aldebaran, le festival du fil d'animation, la chorale, Music'Aid, l'École de Musique, le Comité de Jumelage, la MJC aujourd'hui… et demain? Le tableau de chasse de Meissonnier se remplit.

 

Demain, à la place de la MJC, nous aurons probablement des immeubles, pour la plus grande joie de promoteurs aux aguets qui, eux, en tireront un large profit. En attendant les centaines de logements que Meissonnier, lors de sa campagne électorale, a essayé de nous faire croire qu'ils ne verraient pas le jour.

 

De qui se moque-t-il? Des Baillarguois, de nous! Et que veut-il réellement? Qu'est-ce qui le fait agir ainsi? Quel est son profit dans tout ça?

Baillargues - 03 juillet 2014

 

Après l’ « Ecole Municipale de Musique », la « Maison des Jeunes et de la Culture » est dans le collimateur de la mairie.

 

Pour consulter cet article, cliquez sur ce lien :

 

http://www.midilibre.fr/2014/07/16/apres-l-ecole-de-musique-la-mjc-dans-le-collimateur,1025493.php

 

--------------------------------------------

 

Mars 2001

Promesse de campagne

Baillargues - 03 juillet 2014


Conseil municipal du 03 juillet.

 

Intervention de Mme Marité AMALVY,

Conseillère municipale.

Midi Libre - 27 juin 2014

Pour consulter cest arcticle, cliquez sur ce lien :

 

http://www.midilibre.fr/2014/06/27/baillargues-enseignants-et-eleves-se-sont-retrouves-devant-des-portes-closes,1016139.php

 

--------------------------------------------

 

Baillargues - 29 juin 2014

 

Les badges permettant d’accéder dans les salles ayant été désactivés, les professeurs de l’école municipales de musique sont contraints de donner leurs cours dans la plus grande précarité.

 

 

APRES LA CHORALE ARIOSO ET L’ASSOCIATION MUSIC’AID,

C’EST LE TOUR DE L’EMMB

 

Vous le savez depuis quelques temps, le maire Jean Luc Meissonnier a décidé unilatéralement de fermer l’école de musique (EMMB) de Baillargues qui existait depuis 30 ans ! !

Il n’en a parlé à personne (et surtout pas pendant la campagne électorale !) et les professeurs comme les élèves et/ou leurs parents n’ont pas été consultés. Tous se sont trouvés devant un diktat et le maire n’a pas eu la décence d’informer lui-même les personnes concernées, elles ont étéconvoquées par un adjoint ; la presse et ADB en ont déjà rendu compte.

Mais deux nouvelles mesures autoritaires du maire viennent de surprendre et de choquer bon nombre de Baillarguois :

- le directeur de l’EMMB  Karim BCHINI (1er violon à l’orchestre de Montpellier) ne peut plus  accéder à son bureau alors qu’il est sous contrat encore pour quelques mois.

- mercredi 25 juin les professeurs qui venaient pour assurer leur dernier cours ont constaté que leur badge d’accès était désactivé et qu’il en était de même pour celui des élèves ! !  

Devant cette situation particulièrement odieuse les enseignants et les élèves ont décidé que les cours auraient bien lieu, fusse en plein air ou dans les couloirs.

 Et c’est ce qui s’est passé : les photos ci-jointes en témoignent…

Par ailleurs,  nous pouvons vous assurer que la lutte obstinée de Jean Luc Meissonnier contre la culture en général n’est pas terminée et qu’ADB aura l’occasion de vous en dire davantage bientôt. Les badges de la M.J.C. auraient également été désactivés….

En conclusion, les élections à peine passées, les masques tombent : le maire autoritaire et dictatorial, que ADB n’a cessé de  dénoncer, reprend ses bonnes habitudes. Il a décidé, coûte que coûte, de faire un lac à l’entrée de Baillargues ; il n’en a pas les moyens financiers, alors il sabrera dans toutes les activités culturelles qui faisaient le charme et le bien vivre de notre village.

Rappelons enfin, qu’il a joué les victimes en fin de campagne électorale pour mieux abuser les électeurs baillarguois qui lui ont donc renouvelé leur confiance ;  il a continué de mentir sur sa situation personnelle en affirmant avoir régularisé :

1-      ses impôts locaux. Ce n’est que partiellement fait ; il a triché sur au moins 3 ans.

2-      la situation de ses immeubles sur la parcelle AO 331. Ce n’est que partiellement fait car il n’a pas complètement obéi aux injonctions du Préfet. 

 

N.B. Le bruit court dans le village qu’un grand ménage est en cours parmi le personnel communal. Monsieur Propre (le maire a le même coiffeur) est en marche : nous vous tiendrons informés.

          

 

 

 

 

Baillargues - 15 mai 2014

 

L’École Municipale de Musique menacée

Ils s'appellent Armand, Estel, Frédéric ou Camille. Ils ont 8 ans, ou 12 ou 35, peu importe. Il jouent du violon, du piano, du cornet ou de la batterie, prennent des cours de musique chaque semaine, et ils sont heureux de jouer de mieux en mieux.

C'est à l'école municipale de musique de Baillargues qu'ils ont commencé: avec Monique, Philippe, Karim, Pierre-Édouard, Anne ou d'autres. Depuis 30 ans que l'école existe, il y en a eu des professeurs! Et encore plus d'élèves! C'est par centaines qu'on les compte: enfants, adultes, troisième âge, enfants qui sont devenus adultes et qui continuent, et dont les enfants apprennent à leur tour la musique…

C'était bien: il y avait les auditions, il y a eu des fêtes de l'école de musique, et l'école participait à la fête de la musique le 21 juin. Certains élèves jouaient aussi aux cérémonies du 8 mai ou du 11 novembre. L'école de musique faisait vraiment partie de la vie du village.

Cette année, l'école a 30 ans. Et elle ferme.

Le maire a convoqué le directeur, les professeurs. Il ne les a pas reçus lui-même. Il a chargé quelqu'un d'autre de leur annoncer la nouvelle. On ferme!

Soi-disant parce qu'il faut trouver de l'argent pour financer l'aménagement du temps scolaire (l'État participe, mais…). Pourtant, à Baillargues, on trouve bien des financements pour creuser un grand trou et le remplir d'eau!

Et puis, soi-disant aussi que l'action municipale, c'est d'abord pour les enfants des écoles. Et alors? Et les ados? Et les adultes? Et même le troisième âge? Ils n'ont pas le droit d'apprendre la musique et d'avoir du plaisir à en jouer?

Le maire, les élèves ne l’ont pas vu. Ni leurs parents. A peine élu, il ferme l’école. Mais il ne l’annonce pas lui-même.

Les élèves n’ont vu que les professeurs, dont plus de la moitié n’ont plus de travail. Les autres, ceux qui sont titulaires, partent en retraite ou sont priés de faire un autre métier, de devenir animateurs de musique dans les écoles. Et si ils refusent, ou si leurs autres activités ne leur permettent pas d’être là quand on a besoin d’eux, eh bien, ils n’ont qu’à partir.

Le maire nouvellement réélu est pourtant devenu immédiatement vice-président de l’agglomération, en charge des sports et des traditions. Il aurait sans doute pu trouver des financements pour l'école de musique? Oui, mais il n’est pas chargé de la culture. Alors, au diable la musique. Connaît-il d’ailleurs autre chose, en matière de musique, que les peñas?

Les parents ont monté une pétition sur internet. Elle se trouve à :

http://www.change.org/fr/pétitions/monsieur-le-maire-de-baillargues-et-à-ses-conseillers-pour-le-maintien-de-l-école-municipale-de-musique-de-baillargues.

Ça aiderait si on les soutenait.

Et puis, le prochain conseil municipal, qui est prié d’entériner la décision de monsieur le maire, après tout, il est public ! Chacun de vous peut y venir. Nous verrons bien comment ça se passe.

L'an dernier, c'est la chorale que le maire a rayée de Baillargues. Cette année c'est l'école de musique. Et l'an prochain, que nous réserve-t-il? Laisserons-nous sans rien faire Jean-Luc Meissonnier continuer à tuer la culture à Baillargues?

 

Baillargues 05 novembre 2013

 

Des nouvelles du Chœur Arioso

 

On se souvient que l'École Municipale de Musique de Baillargues a fondé en 1988 une classe de chant choral, dirigée par Monique Chitry. L'année suivante, sous son égide, cette classe devenait une chorale à part entière, qui a pris peu à peu de l'assurance, a enrichi son répertoire. Elle a ainsi donné à écouter aux Baillarguois de nombreuses œuvres de musique polyphonique sacrée ou profane, qu'il serait long d'énumérer ici. Citons notamment la cantate BWV106 de J.S. Bach, le Gloria RV589 de A.Vivaldi, la Messe du Couronnement de W.A.Mozart.

 

Depuis douze ans, cette chorale, qui a pris le nom de Chœur Arioso, est dirigée par Jean-Marc Normand, et a donné notamment la Missa Criolla de A. Ramirez, la Messe en sol de F. Schubert, le Magnificat de G.Pergolese. Les Vêpres à la Vierge de C. Monteverdi ont été données en juin avec l'Ensemble Vocal de Pézenas et le Chœur d'Ô. La Messe Solennelle de Saint Cécile de C. Gounod est venue clôturer la dernière saison.

 

Voici donc vingt cinq ans que le Chœur Arioso de l'École Municipale de Musique de Baillargues progressait, se faisait connaître, et rayonnait dans la région, portant haut les couleurs de Baillargues, donnant du plaisir à ses habitants et à celles et ceux qui aiment la pratique du chant choral, inscrit dans le paysage culturel de notre village et y participant activement, attirant par sa réputation et sa qualité des choristes des communes voisines, et jusqu'à Montpellier.

 

Que croyez-vous qu'il arriva? La musique polyphonique relève d'une culture que notre Maire, qui n'a jamais lu un livre et s'en vante, n'aime pas, ne connaît pas, ne comprend pas. Il n'en voulait donc plus chez lui. De plus, pensez donc, certains de ses opposants y chantent, dont José Martinez! Peu importe qu'à la chorale personne n'exprime ses préférences politiques car ce n'est pas le lieu. Le Chœur Arioso, comme tout ce qui porte ombrage à Jean-Luc Meissonnier, devait dégager de Baillargues. Il n'a donc pas été réinscrit au programme de l'École de Musique à la rentrée de septembre.

 

Nous vous expliquerons bientôt dans quelles circonstances l'Association Music'Aid a été amenée à intégrer le Chœur Arioso dans ses activités afin qu'il ne meure pas. Sachez simplement qu'un mouvement de solidarité s'est spontanément formé dans le milieu culturel et artistique local autour de Music'Aid et du Chœur Arioso, qui répète désormais à Mudaison. Une troupe de théâtre donnera une représentation en partageant les bénéfices début 2014, et une violoniste de réputation internationale offrira également un concert.

 

Le Chœur Arioso vit toujours: il s'est produit à Nîmes le 12 octobre, et donnera un concert le 26 janvier à Montpellier.

 

Nous vous informerons, bien sûr, de ces événements culturels, qui malheureusement ne se dérouleront pas à Baillargues.

 

 

Lettre ouverte à Monsieur le Maire de Baillargues

 

Monsieur le Maire,

 

Les choristes d'Arioso, chœur de l'École Municipale de Musique de Baillargues, viennent d'être informés des faits suivants:

-        non reconduction du contrat du chef de chœur, lequel conditionnait la poursuite de sa mission au rétablissement de sa rémunération antérieure, réduite par décision unilatérale de la Mairie il y a plusieurs mois,

-        suppression du chœur Arioso et des cours de technique vocale de l'offre proposée par l'école de Musique.

Ces décisions n’ont fait l’objet ni d’échanges préalables avec le chœur afin d’en expliquer les raisons, ni même de la moindre information officielle.

Tous les choristes tiennent à manifester leur profonde déception et leur vif mécontentement, et ils ont tenu à les exprimer publiquement par cette lettre ouverte.

Tous sont tout d’abord solidaires de leur chef de chœur. Ils ont conscience d’avoir eu le privilège de travailler depuis plus de dix ans avec un chef qui est, de l’avis de tous les spécialistes, un des meilleurs de la région et ils regrettent que la ville de Baillargues n’ait pas conservé son très grand talent.

Ils ne contestent évidemment pas le droit pour une municipalité de faire évoluer ses services et ils auraient été prêts à débattre d’un possible changement de leur statut mais, devant la forme des décisions prises, ils n’ont pu qu’éprouver un sentiment de manque de considération à leur égard.

Ils considèrent de plus que leur travail et leur engagement n'ont pas été reconnus, eux qui ont accepté, en plus des frais d'inscription à la chorale, de contribuer de leur poche à l'indemnisation de la pianiste accompagnatrice ou à l'achat de leurs équipements.

Ils sont bien sûr conscients que leur discipline ne touche pas un public aussi large que celui d’autres activités locales et que leur pratique s'inscrit dans un cadre amateur. Mais tous ont le sentiment d’avoir participé depuis de longues années, même modestement, à la valorisation de la ville de Baillargues, sentiment conforté par les témoignages recueillis lors des prestations du chœur dans d’autres cités de la région

Ils vont maintenant rechercher des solutions pour que le chœur survive à ces évènements, sans doute avec d’autres appuis et sous d'autres cieux, pour apporter plaisir et satisfaction aux choristes et au public.

 

Recevez, Monsieur le Maire, nos salutations.

Baillargues le 18 Juin 2013

 

 Copie à la presse régionale

 

Compteur Global
BIENVENUE SUR LE
SITE DE L'A. D. B.


Dernières informations locales



Baillarguoises, Baillarguois,
En France, le vote n'est pas obligatoire, mais voter est un droit, un devoir civique, mais aussi un acte citoyen et républicain.
Vous venez de vous installer dans notre village, n'oubliez pas de vous faire inscrire, avant la fin de l'année.


OFFICIEL :
Le gouvernement a communiqué les dates des élections municipales :
23 et 30 mars 2014.


L'équipe première du BSBV
a été tenue en échec
par La Peyrade
(2 à 2)


Le bureau de l'ADB souhaite la bienvenue aux nouveaux adhérents qui nous ont rejoint cet été

 

 Toutes les parutions de

A. D. B.

du mois de septembre 2014

 

 
Création d'une nouvelle page : La "Culture en danger"

            

    Mars 2016

31 - Le " lac " prend t-il l'eau ?

http://www.adb34.fr/

-------------------------

NOVEMBRE 2015

06 - Des lendemains funestes

http://www.adb34.fr/

                                 -----------------------

                                      OCTOBRE

02 - Le téléphone phobique

http://www.adb34.fr/humeur/

                                -----------------------

                                      SEPTEMBRE

22 - Les frasques du maire,

         par une lectrice

          http://www.adb34.fr/humeur/

                                ------------------------

  20 - Communiqué de la M. J. C. à ses adhérents

http://www.adb34.fr/la-culture-en-danger/

                                 ------------------------

19 - Billet d'humeur du bureau

                         http://www.adb34.fr/humeur/

                                ------------------------

      13 août - Lettre ouverte

aux responsables d'associations.

http://www.adb34.fr/humeur/

                                -------------------------

15 août - Un magnifique texte du Pasteur Niemöeller, à méditer

http://www.adb34.fr/humeur/

------------------------

15 août - Fermeture de la

M. J. C.

http://www.adb34.fr/la-culture-en-danger/

 

 

OCTOBRE


01 - Midi Libre

Deux femmes sauvées des eaux

http://www.midilibre.fr/2014/10/02/sauvees-des-eaux,1059697.php

 

SEPTEMBRE


23 - La Gazette

Le maire, l'eau froide et le journaliste

http://www.adb34.fr/

 

AOUT

 

11 - Assemblée à la M. J. C.

Dissolution de l'association

http://www.adb34.fr/la-culture-en-danger/
 ---------------------------------

 

 JUILLET

 

24 - Coup de blues à la M. J. C.

 ---------------------------------

http://www.adb34.fr/la-culture-en-danger/

 03 - Midi Libre

Enseignants et élèves devant des portes closes.

 http://www.midilibre.fr/2014/06/27/baillargues-enseignants-et-eleves-se-sont-retrouves-devant-des-portes-closes,1016139.php

 ---------------------------------

 

BIENVENUE SUR LE
SITE DE L'A D B





Baillarguoises, Baillarguois,


Si vous êtes attachés au respect de la liberté, de la fraternité, de la loyauté
et de l'honnêteté

ADHEREZ NOMBREUX
A L'ASSOCIATION


"ACTION ET DEMOCRATIE
A BAILLARGUES"

Vos avis, vos commentaires, vos idées seront toujours
les bienvenus !

CONTACTEZ NOUS

Bonne lecture
sur notre site

Baillarguoises, Baillarguois,

Si vous êtes attachés au respect de la liberté, de la fraternité, de la loyauté et de l'honnêteté

ADHEREZ NOMBREUX A L'ASSOCIATION "ACTION ET DEMOCRATIE A BAILLARGUES"

Vos avis,
vos commentaires,
vos idées
seront toujours
les bienvenus !

CONTACTEZ NOUS

Bonne lecture sur notre site


Vos avis, vos commentaires

et vos idées seront

toujours les bienvenus !

 

Pour nous contacter :

Utilisez le formulaire du site

(Voir page : "Contact)

ou

actiondemocratie@laposte.net

 

Votre identité ne

sera publiée

qu'avec votre accord.